Brandalism – Partenaire non-officiel de la COP 21

0 Posté par - 29 novembre 2015 - Articles

Aujourd’hui, c’est le début de la COP 21 qui est « la 21e Conférence des parties, c’est-à-dire le rassemblement annuel de tous les pays désireux d’agir pour le climat ».

Si pour beaucoup cette réunion est porteuse d’espoir, nombreux sont également septiques quant à son efficacité et son impact.

Le collectif Brandalism, à travers une opération spéciale réunissant 80 artistes, a disposé dans la capitale 600 affiches dans des espaces publicitaires appartenant à JC Decaux, sponsor officiel des négociations de la COP 21.

Un sacré tour de force réalisé par ces artistes, pour attirer l’œil sur les incohérences qui peuvent apparaître dans nos sociétés.

Retrouvez en bas de page le communiqué du collectif Brandalism, sponsor non-officiel de la COP 21.

Auto_Media_1_WEB

Barnbrook_3_WEB

Barnbrook_15_WEB

barnbrook_deniers_FR_z3_WEB

Barnbrook_total_WEB

Bill_Posters_3_WEB

Bill_Posters_Climate_2_WEB

Bill_Posters_Shinzo_WEB_1

CG_night_z3_4

Eube_bourget_with_logo

Hannah_Adamaszek_z6

Julien_Berthier

Listen04_4

Mobstr_z1

Revolt_Design_FR_Landscape

Sean_Martindale_JP_Tout_Doit

« UN DÉTOURNEMENT MASSIF DE LA PUBLICITÉ DANS PARIS DÉNONCE LA MAINMISE DES NÉGOCIATIONS SUR LE CLIMAT PAR LES MULTINATIONALES

Plus de 600 œuvres d’art dénonçant la mainmise des multinationales sur les négociations climatiques durant la COP 21, ont été installées hier dans des espaces publicitaires parisiens, en amont du Sommet des Nations Unies qui démarre ce lundi.

Malgré l’état d’urgence interdisant tout rassemblement, suite aux attentats du 13 novembre à Paris, le projet Brandalism (néologisme né de la fusion entre « Brand » (« marque » en français) et « vandalisme »), mené avec des activistes parisiens, a permis de placer dans toute la ville des centaines d’œuvres d’art non autorisées. Ces affiches soulignent les liens entre la publicité, le consumérisme, la dépendance aux énergies fossiles et le changement climatique.

Les œuvres d’art ont été placées dans des espaces publicitaires appartenant à JCDecaux – une des plus grandes entreprises de publicité en extérieur et sponsor officiel des négociations de la COP 21.

D’autres éminents sponsors des négociations climatiques tels qu’Air France, Engie (ex-GDF Suez) et Dow Chemicals sont parodiés dans les affiches, ainsi que des chefs d’Etat tels que François Hollande, David Cameron, Barack Obama, Angela Merkel et Shinzo Abi.

Les œuvres d’art ont été réalisées par 80 artistes renommés, originaires de 19 pays à travers le monde. On retrouve notamment les parisiens Alex One, Arnaud Liard, Millo and ZAD, Eube, Automedia, AntiCOP21.org, Anti ainsi que d’autres artistes de renommée internationale tels que Neta Harari, Jimmy Cauty, Paul Insect (collaborateur de Banksy), Escif ou Kennard Phillips – nombre d’entre eux ayant été représentés à Dismaland, l’exposition de Banksy en Angleterre cet été.

Joe Elan de Brandalism explique : « En sponsorisant les négociations climatiques, des pollueurs importants tels qu’Air France et Engie peuvent faire leur promotion comme s’ils faisaient partie de la solution, alors qu’ils font en fait partie du problème ».

Un des artistes ayant pris part au projet déclare : « Nous reprenons possession des espaces publicitaires car nous voulons dénoncer le rôle que la publicité joue en faisant la promotion d’un consumérisme insoutenable. L’industrie publicitaire nourrit nos désirs pour des produits qui reposent sur l’exploitation des énergies fossiles et qui ont un impact direct sur le changement climatique. De même que pour les négociations climatiques et les évènements parallèles sponsorisés par les grandes entreprises, la publicité en extérieur permet aux plus riches de s’assurer que leur voix soit entendue au-delà de toutes les autres ». Les œuvres d’arts ont été installées durant le « Vendredi noir » (« Black Friday »), le jour annuel de frénésie consumériste.

D’autres affichent appellent les gens à prendre la rue dans le cadre des « Climate Games », le plus grand jeu mondial de désobéissance civile, et à dénoncer la conférence « Solutions 21 » – une exposition des grandes entreprises qui se tient au Grand Palais durant les négociations climatiques.

Bill Posters de Brandalism indique : « Suite aux évènements tragiques du 13 novembre à Paris, le gouvernement a choisi d’interdire les mobilisations de la société civile, mais les évènements des grandes entreprises sont maintenus ». Les multinationales responsables du changement climatique peuvent continuer à faire du « greenwashing » autour de leur modèle économique destructeur, mais les communautés directement impactées par leurs activités sont réduites au silence. Il est maintenant plus important que jamais de dénoncer leurs mensonges et de mettre en lumière les enjeux de pouvoir derrière les négociations. Nous appelons à prendre la rue durant la COP 21 et à s’opposer à l’industrie des énergies fossiles. Nous ne pouvons pas laisser les négociations climatiques entre les seules mains des politiciens et des lobbyistes des grandes entreprises, qui sont les premiers responsables du désordre actuel.

FIN. »

Pas de commentaire

Laisser un commentaire