Street Art Tour à Bristol

0 Posté par - 11 janvier 2016 - Articles, international

Les Street Art Tours vous connaissez ? Le principe est simple, vous payer un mec pour qu’il vous fasse la promenade dans la ville en vous emmenant dans les coins où se trouvent des œuvres en vous expliquant plus ou moins bien qui est l’auteur, ce qu’il a voulu faire passer à travers sa réalisation, quels techniques il a utilisé, le tout saupoudré d’une anecdote plus ou moins croustillante.

Perso, je ne cautionne pas du tout ce genre de démarche qui consiste à faire payer pour voir des œuvres qui sont dans l’espace public, à la vue de tous. Tout est à disposition gratuitement à la base.

De fait, tout ceci est pour ma part illogique. A la limite ça pourrait se faire gratuitement même si toute sérendipité (ce qui fait à la base l’une des forces de cet Art) serait au final absente.

Pour « connaître » certaines personnes qui effectuent ce genre de tours en France, je peux affirmer qu’un certain nombre ne s’y connait pas en la matière.

Mais comme je pense qu’il faut tester avant de critiquer et que je ne dois pas mourir idiot, je me suis dis pourquoi pas essayer le truc, dans ce qui est pour moi le Disney du Street Art et surtout l’endroit d’où vient notre maître à tous : Banksy !

Allez, je réserve via le site Where the wall après une rapide recherche sur le net. Rendez-vous est pris deux jours après moyennant une trentaine de livres pour trois soit 13€ par personne pour environ deux heures de visite.

Le rassemblement :

Le rendez-vous est donné devant le parc de College Green.

Qui sont mes acolytes pour ces deux heures ? Des anglais, des français, une famille, un jeune couple et des moins jeunes dirons-nous. Une audience assez éclectique.

Arrive notre guide du jour. Ce sera une suisse installée à Bristol depuis quelques années, venue ici pour le travail. Elle est graphiste et la ville d’origine de Wallace et Gromit attire beaucoup de monde dans ces domaines.

La visite

Notre copine helvète démarre et nous explique que Bristol c’est les artistes, la musique, Massive Attack et Banksy. S’en suit un discourt sur ce qu’est le Street Art et comment la ville joue sur plusieurs tableaux à ce niveau.

Sur son explication du Street Art je me sens un peu mal à l’aise, c’est très démago, très naïf bref très vulgarisé. Un peu trop à mon goût, même s’il est vrai que ce genre de tour est destiné en priorité aux novices et/ou récents convertis.

Passé l’introduction, place à la visite guidée et à la première anecdote concernant……… Banksy.

Sur la Chambre du Conseil, Banksy a réalisé en 2001 un pochoir d’un plongeur débouchant le bassin situé en-dessous d’une statut. Je vous laisse le soin d’analyser le message. Pour le coup c’est la première fois depuis le début du tour que j’apprends un truc.

Le pochoir n’est plus présent, ce qui explique la photo d’une photo d’un livre ci-dessous.

IMG_8677

A quelques mètres, une autre œuvre célèbre.

IMG_7156

IMG_7153

On y apprend cette fois qu’en réalité le mur sur lequel a été réalisé la peinture appartient à Robert Del Naja (3D) un des membres du groupe Massive Attack ami de Banksy. Intéressant.

Tout autour on aperçoit la marque de tags qui ont été eux effacés. Entre marques de respect de certains et réelle volonté de vouloir « vandaliser » l’oeuvre, tout ce qui est autour est régulièrement supprimé.

En bas du mur il y a une fresque de Silent Hobo également originaire de Bristol.

IMG_7292

A partir de ce moment et jusqu’à la fin du tour je n’apprendrai malheureusement plus rien sachant que j’avais préalablement déjà tout vu ou presque.

IMG_7845

IMG_7298

IMG_7238

IMG_7259

A un moment je prendrai même la parole au sujet du street artist Gregos racontant à mon tour une anecdote concernant ses moulures.

En résumé

A travers cette promenade notre guide a parfois bullshité quant aux techniques utilisées par les artistes ainsi que sur l’analyse des œuvres.

Ce type de tour est bon pour les néophytes pas plus, avec au programme quelques incontournables et beaucoup de grandes fresques réalisées dans le cadre du Street Art Festival sans réel intérêt.

Au final, mon avis quant à ces « organismes » qui réalisent ce type de ballades n’a pas changé. Ce devrait être gratuit et réalisé par de véritables amoureux et non par des opportunistes grappillant quelques pièces sur le dos de la bête.

Pas de commentaire

Laisser un commentaire