Qui est Sampsa ?

1 Posté par - 25 juin 2013 - Articles

Depuis quelques semaines, nous avons vu débarquer dans les rues de Paris, plusieurs pochoirs HADOPI. Nous avons rencontré la personne qui se cache derrière ces peintures, un street artist nommé Sampsa, nous venant de Finlande.

Sampsa-Bside

Crédit photo Anni Maarit.

Son combat ?

En Finlande le téléchargement illégal est passible de 2 ans de prisons. 2 ans de prison c’est également la peine encourue pour  viol et autres faits plus graves qu’un simple téléchargement. « Je ne comprends pas que l’on puisse mettre le viol, la pédophilie ou des attaques physiques bien plus graves, au même niveau que le téléchargement. Je trouve ces lois sur le copyright abusives et nous sommes nombreux à le penser. En Finlande, notre projet est de rassembler 50 000 signatures pour faire changer la loi. Nous en sommes actuellement à 28 000. Si nous arrivons à atteindre cet objectif, ce sera une première ! Je pense que le Street Art, combiné avec des mécanismes sociaux, comme par exemple l’initiative citoyenne, peuvent être une nouvelle forme de mouvement social. » 

HADOPI-control

Crédit photo Anni Maarit.

Le bonhomme est déterminé et nous sommes plutôt en accord avec sa vision : le Street Art pour changer une loi ?

« En Finlande comme en France, le TTVK (le HADOPI finlandais) et HADOPI, sont  des lois hypocrites crées pour l’intérêt d’une poignée. L’échange de données fait peur à l’industrie du divertissement car il permet de connecter les artistes directement avec le consommateur. L’argent dépensé dans ces lois, avec le coût des envois de lettres d’avertissement par la poste, pourrait être investi dans autre chose, par exemple dans des laboratoires de recherche de médias d’universités pour créer une plateforme de partage avec rémunération directe à l’artiste. Pour l’instant ces lois n’ont pas prouvé leur supposée efficacité. La preuve en est: en France, HADOPI est voué à disparaitre. C’est tout le business model qui est à repenser. »

HADOPI-kids

Crédit photo Anni Maarit.

Il est actuellement en France pour peindre contre HADOPI, comme il l’a fait en Finlande contre le TTVK, et ainsi connecter les initiatives déjà existentes. Le But étant de créer un mouvement à l’échelle européenne et mondiale.

« J’aimerai rallier un maximum de street artistes français à ce combat. Certains ont déjà répondu positivement à cet appel. »

HADOPI-scream

Crédit photo Anni Maarit.

Bien plus qu’une simple lubie ou qu’une utopie, Sampsa est loin d’être un illuminé et ses combats ne se résument pas qu’au téléchargement. C’est un véritable artiste engagé, débordant d’energie et d’idées. Plus d’informations seront disponibles dans un prochain article.

5 Commentaires

  • gallis peyrard josette 27 juin 2013 - 10 h 33 min Répondre

    En accord avec cet artiste pour son combat .

  • "The Blood Sucking HADOPI" par Sampsa, Paris – Street Art Avenue 27 septembre 2013 - 22 h 46 min Répondre

    [...] Comme il l’explique dans une interview donnée en juillet dernier à l’équipe de In Ze Street, « En Finlande comme en France, le TTVK (le HADOPI finlandais) et HADOPI, sont des lois hypocrites [...]

  • Une oeuvre anti-Hadopi du street artist Sampsa défigurée à Paris 12 février 2014 - 16 h 46 min Répondre

    [...] anti-piratage en Europe qu’il trouve “abusives”. Il expliquait sa démarche au blog spécialisé In Ze Street [...]

  • Join Da Tease, premier album explosif | La Vie Reggae 12 février 2014 - 23 h 47 min Répondre

    [...] collaboration avec l’artiste international Sampsa (ndlr : pour en savoir plus sur cet artiste c’est par ici). Je vous laisse avec une version live de "La Pyramide" et le clip officiel de [...]

  • Sampsa et Hadopi … « @necDOT 17 février 2014 - 6 h 52 min Répondre

    [...] En 2013 cependant, une série de collages, pochoirs ou autres, signés/sous-titrés Hadopi, sont apparus sur les murs parisiens, œuvres d'un street artiste/activiste finlandais du nom de Sampsa. [...]

  • Répondre à Sampsa et Hadopi … « @necDOT Annuler la réponse